La Vaudaire sera fermée pendant l’été – La Casa Luna

La Vaudaire sera fermée pendant l’été

Vidy: Lourdement endommagé par un incendie il y a trois ans, l’établissement n’a toujours pas été remis en état.

vaudaire

Rouvrira ou ne rouvrira pas, le restaurant « La Vaudère » à Vidy, victime d’un incendie criminel en 2013?
Image: Christian Brun
Par Federico Camponovo
06.06.2016
Au cœur du parc de Vidy, à mi-chemin entre le siège du Comité international olympique et le lac, le Restaurant « La Vaudaire » sommeille depuis trois ans, pratiquement jour pour jour. Précisément depuis qu’un incendie, dans la nuit du 1er juin 2013, a ravagé le 1er étage et la partie arrière du bâtiment, construit en bois. Il venait d’être entièrement rénové.

Avant de pouvoir se faire rembourser par les assurances, le propriétaire, un dentiste français retraité à Préverenges et désormais citoyen suisse, qui l’a acheté en 2011, a dû attendre une année que le procureur Xavier Christe boucle son enquête. Son ordonnance de classement a conclu que l’incendie était bel et bien intentionnel mais qu’en revanche on ne connaîtrait jamais l’identité de l’auteur.

La Commune de Lausanne, par la suite, a inexplicablement retiré à Christian Hirt l’autorisation d’exploiter un établissement public et l’Office de la police des constructions a averti l’architecte qu’il subordonnait l’octroi du permis de construire à de nouvelles exigences, parmi lesquelles l’installation d’une nouvelle ventilation dans la cuisine et dans la salle de restaurant. Un investissement d’une centaine de milliers de francs qui a posé un sérieux problème au propriétaire, qui n’est donc pas parvenu, en 2015 et pour la deuxième année consécutive, à rouvrir son établissement avant l’été ( «24 heures» du 28 février 2015 ).

Toujours déterminé à rouvrir
Aujourd’hui, Christian Hirt persiste à affirmer qu’il n’a toujours pas l’intention de lâcher « La Vaudaire », mais la niaque semble l’avoir en partie abandonné: «En principe, je compte entreprendre les travaux à l’automne, tranquillement. Un troisième été de fermeture ne changera rien, dit-il. Effectivement, je n’ai pas l’intention de vendre l’établissement, mais, qui sait, je peux changer d’avis si la proposition est vraiment alléchante.»
«En janvier dernier, nous avons demandé au propriétaire et à son architecte de nous présenter, pour le 1er étage de l’établissement, un «concept feu» en adéquation avec les nouvelles normes en vigueur depuis 2015, explique Vanessa Benitez Santoli, cheffe de l’Office de la police des constructions. Le propriétaire doit aussi faire poser des gabarits. Une fois que tout cela sera réalisé, nous pourrons ouvrir l’enquête publique et s’il n’y a pas d’oppositions après trente jours, transmettre le dossier au Canton. Il pourrait ainsi entamer les travaux à l’automne, pour autant qu’il ne tarde pas.»

(24 heures)

Vous aimerez aussi...