Retour de la 1ère campagne de récolte de signatures pour la pétition – La Casa Luna

Retour de la 1ère campagne de récolte de signatures pour la pétition

Retour de la 1ère campagne de récolte de signatures pour la pétition de soutien au projet « La Casa Luna » le samedi 10 septembre 2016

Comme indiqué en référence, nous avons testé l’accueil réservé à la demande de signatures pour la pétition « La Casa Luna ». Ce test a été réalisé par le fondateur et un membre du comité de notre association. Il s’est déroulé comme suit:

  • à la Place de la Palud, au marché de Lausanne, de 09h45 à 12h30, soit 2h45 de présence, 170 signatures récoltées.
  • à « La Vaudaire » à Vidy, dans les environs du restaurant, de 14h30 à 16h15, soit 1h45 de présence, 130 signatures récoltées.

Il en ressort un accueil particulièrement favorable. Les passants se sentent très concernés par l’avenir de ce site. Plusieurs personnes sont venues spontanément vers nous, au courant de notre projet par la presse. Acquis d’office à notre cause, ils nous remercient chaleureusement pour notre engagement afin d’éviter l’ouverture d’un nouvel établissement classique, impersonnel et probablement aux prix inaccessibles.

Quelques personnes, fâchées par cette fermeture sans fin, se montrent favorables à n’importe quel projet, pourvu que ce lieu revive rapidement. Elles craignent que notre projet fasse traîner les échéances, alors qu’un investisseur ( le groupe BOAS ) est prêt immédiatement à rentrer en action.

Nous avons reçu un accueil particulièrement favorable des aînés. Ils nous ont informé qu’ils ne fréquentent plus les établissements publics des rives lausannoises, car ils ne leurs correspondent plus. Les prix pratiqués sont par ailleurs hors d’atteinte du budget des retraités.

Certaines personnes pensent que le projet est magnifique, mais que nos chances d’aboutir sont quasiment nulles face à la puissance économique du groupe « BOAS ».

En règle générale, les passants signent très rapidement la pétition. Ils ne veulent pas que les rives lausannoises du lac s’embourgeoisent d’avantage, notamment sous prétexte de la présence voisine du siège mondial du Comité International Olympique.

A de nombreuses reprises, le public a fait la queue afin de participer à notre action de sensibilisation. Pour certaines personnes, cela a été une première de patienter pour signer une pétition !

Dans l’environnement du restaurant « La Vaudaire », il ressort nettement que les habitués des lieux veulent que cet espace demeure populaire, avec des prix pratiqués en concordance.

Quelques-uns sont favorables à l’ouverture d’une petite et modeste paillote. Difficile à envisager au vu du prix de rachat du droit de superficie….

Nous avons observé que le public est très remonté, voire excédé, face à la situation. Il ne comprend pas qu’après 3 ans passés depuis l’incendie de l’établissement, la situation en soit toujours au statuquo. Il en impute majoritairement, par méconnaissance du sujet, la responsabilité à nos autorités politiques. Selon celui-ci, ces derniers ne font rien et se montrent laxistes face à cette situation. Le mot « scandale » ressort presque systématiquement. Le public ne connaît évidement pas la problématique du lieu et les limites de l’implication de nos autorités dans une affaire de droit privé.

Il est évident que l’avenir de « La Vaudaire » est un enjeu particulièrement emblématique et capital, autant pour la Ville de Lausanne que pour sa population. Les enjeux de la réussite d’un nouveau projet et la satisfaction du public se résument en 3 points:

  • la rapidité de réouverture de l’établissement.
  • la nature, le concept, l’orientation et la qualité du futur projet retenu.
  • la politique des prix pratiqués et le respect de cette zone à fréquentation populaire.

En résumé, notre capacité à recueillir des voix pour un soutien populaire à notre démarche a comme seule limite notre capacité à les recueillir.

Pour l’association « La Casa Luna »

Bernard Decrey, président

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*